La Réunion 8

Retour page accueil

Autre(s) page(s) en rapport avec ce sujet :
La Réunion
(1) – (2) – (3) – (4) – (5) – (6) – (7) – (9) – (10) – (11) – (12) – (13) – (14)  (15)

Lundi 3 décembre 2012

Sainte-Rose

Carte : IGN Top25 n° 4406 RT Coordonnées : longitude : 55°47’50.19 » E – Latitude : 21°07’45.40 » S

Ce matin c’est la pointe sud-est de l’île qui est notre centre d’intérêt. La seule route qui y conduit, la N2, traverse Saint-Joseph où la circulation, très encombrée, nous fait piaffer d’impatience. Mais après tout nous sommes en vacances…
Nous poursuivons sur cette jolie route littorale et traversons Saint-Philippe, à la pointe sud-est extrême de La Réunion. A partir d’ici notre itinéraire remonte sur la côte est, ce qui nous amène au Grand Brûlé.

Le Grand Brûlé

Quelques kilomètres après le village du Tremblet, on accède à la partie côtière de la dernière caldeira formée par le Piton de la Fournaise, appelée le Grand Brûlé.  Le Grand Brûlé fait partie de l’enclos Fouqué, une immense caldeira en forme de fer à cheval, dont les parois qui la surplombent atteignent 400 m de hauteur. Ces parois ont pour nom « rempart du Tremblet » au sud et « et rempart du Bois Blanc » au nord.

La forêt primaire du Grand Brûlé est souvent traversée par les coulées de lave. On en traverse une première datant de 1986 où la végétation ressuscite petit-à-petit. A deux pas de là, au lieu-dit Grand Brulé, d’autres, d’avril 2007, sont impressionnantes : le sang de la terre s’est répandu sur une grande largeur, contraignant la route à se frayer un passage tant bien que mal le long de la côte. Le paysage est lunaire. La pouzzolane noire contraste avec les pans verts de la forêt.

Des espaces ont été aménagés pour permettre d’observer ces spectaculaires masses de basalte refroidi qui se sont jetées dans l’océan. Un escalier donne accès à un belvédère d’où l’on a un plus large regard sur le phénomène.

Carte : IGN Top25 n° 4406 RT Coordonnées : longitude : 55°47’44.7 » E – Latitude : 21°16’53.4 » S

Anse des cascades

Notre prochaine étape est l’anse des Cascades, un peu plus au nord. En cours de route nous traversons la forêt littorale de Bois Blanc et découvrons plusieurs déversoirs de lave.

Dépendant de la commune de Sainte-Rose, l’anse des Cascades est un agréable  lieu naturel très apprécié des habitants et des touristes, qui se prête volontiers au  pique-nique. Comme son nom l’indique on y trouve plusieurs chutes d’eau, une forêt de palmistes, de nombreux vacoas et un petit port où dansent gentiment quelques barques colorées.

Un petit restaurant installé près d’une cascade sert une cuisine européenne et créole. Comme le coin est agréable nous nous laissons séduire pour le repas de midi.

Carte : IGN Top25 n° 4406 RT  Coordonnées: longitude : 55°49’37.61 » E – Latitude : 21°11’06.44 » S

Piton Sainte-Rose

En début d’après-midi nous partons pour Piton Sainte-Rose, village qui doit son nom au piton qui le surplombe.
Il a connu des heures très difficiles le 13 avril 1977 lors de l’irruption du Piton de Sainte-Rose, alors que la lave s’est répandue dans les rues, enserrant la gendarmerie, contournant l’église et pénétrant même dans la nef. Sous l’effet de la chaleur les vitraux ont explosé puis, soudainement, le flot de lave s’est arrêté.

Depuis, l’église miraculeusement épargnée a été rebaptisée Notre-Dame-des-Laves.
Comme l’océan est tout proche nous allons faire un tour jusqu’à la pointe Lacroix où la lave qui est aussi venue se marier avec l’océan. Au bout, une plage de sable noir, des rochers de basalte où les vagues viennent se fracasser.   

La prudence est de mise pour les voitures dont la garde au sol est faible car le chemin est défectueux et des pierres peuvent endommager le carter.

Carte : IGN Top25 n° 4406 RT Coordonnées : longitude : 55°49’26.86 » E – Latitude : 21°09’38.89 » S

Pont suspendu de la Rivière de l’Est

Après ce dernier panorama, retour vers le sud, direction le pont suspendu de la Rivière de l’Est, du nom du fleuve le plus dangereux de l’île, ses crues sont connues pour être dévastatrices. En 1894, il était le pont le plus long du monde, avec une portée maximale de 152 mètres, il domine la rivière d’une cinquantaine de mètres.

Aujourd’hui il est uniquement piéton. En parallèle, un nouveau pont routier en béton a été construit en 1979.

Carte : IGN Top25 n° 4406 RT Coordonnées : longitude : 55°44’57.41 » E – Latitude : 21°07’29.40 » S

Le cap Méchant

Sur la route du retour, nous faisons halte dans un lieu exceptionnel : le cap Méchant, à 8 kilomètres à l’ouest de Saint-Philippe. Site étonnant dû à la lave qui a créé une falaise d’une quinzaine mètres de haut et d’un noir profond. La houle souvent impétueuses et violente vient frapper ce mur sauvage. Un sentier fléché propose de beaux points de vue tout au long d’une belle promenade où l’on peut voir une arche naturelle juste au-dessus du niveau de l’eau.

Autre particularité : une pelouse bien agréable à fouler s’est formée de la lisière des vacoas jusqu’au bord de la falaise, cette graminée appelée « herbe pique-fesse », se contente de sols secs, pauvres et mêmes salés. Son feuillage très fin forme un tapis dense épais et souple ; d’une croissante lente il supporte un piétinement intensif et ne demande que très peu d’eau. Il pousse uniquement dans cette région sud de la Réunion.

En contrebas du parking se trouve le puits des Français qui alimentait les habitants de la région avant les travaux d’adduction. Il est maintenant envahi par la végétation.

Carte : IGN Top25 n° 4406 RT Coordonnées  : longitude : 55°42’41.88 » E – Latitude  : 21°22’26.65 » S

Suite