Le canal du Midi 2

Retour page accueil

Autre(s) page(s) en rapport avec ce sujet : canal du Midi (1) – (3) – (4) – (5)

Toulouse – Bram 82 km

Les curiosités à voir :
Toulouse : les Ponts Jumeaux
Montgiscard : le lavoir
Aiguesvives : l’aqueduc

 Le seuil de Naurouze ou seuil du Lauragais
Un des hauts lieux à ne pas manquer est situé sur la ligne de partage des eaux à une altitude de 189 mètres et constitue le point le plus élevé du Canal.
On peut s’y rendre en camping-car. Un parking est aménagé, avec un office du tourisme qui vous renseignera si besoin est.
À voir : la magnifique allée de platanes bicentenaires, l’écluse de l’Océan.
À l’opposé, en partant du parking vous découvrirez l’obélisque érigé en l’honneur de Paul Riquet par ses descendants. Du pied de ce monument, une vue magnifique se dévoile sur la plaine environnante.


 Castelnaudary
Depuis le Moyen Âge, Castelnaudary est connue pour sa spécialité culinaire, un plat à base de haricots lingots et de porc : le cassoulet, il apporta à la ville ce patrimoine emblématique qui fit sa renommée mondiale.
Cette cité est aussi connue par son grand bassin, sorte de lac artificiel creusé au pied de la ville ; il est un port important sur le canal du midi.
Castelnaudary, c’est aussi ses moulins à vent. Au début du XIXe siècle, une vingtaine de moulins ornaient les bords du bassin ; le moulin du Cugarel, situé sur la colline du Pech, en constitue l’un des derniers vestiges. L’endroit offre une vue imprenable sur la ville et la plaine du Lauragais.
Il est ouvert tous les jours à la visite du 15 juillet au 3 septembre.
À voir aussi les écluses Saint-Roch qui permettent de franchir une dénivellation de 9,50 mètres.
Stationnement camping-car sur le « Quai du port ».
Toutes ces particularités ont contribué à faire de cette ville une étape très appréciée.
 

 Bram
Première étape. Retrouvailles au port fluvial de Bram vers les 17 heures avec nos « vététiste ».
Nous chargeons les vélos et la remorque sur le porte-vélos du camping-car et prenons la route de Fanjeaux qui est le point de chute choisi pour passer la nuit, à environ 10 km.

 

Fanjeaux est un petit village au passé cathare, construit sur une colline, avec des ruelles médiévales et une halle du XVIe siècle.
La première démarche est le ralliement du camping Hughes Kevin sur la route de Mirepoix, mais il est fermé. Les propriétaires, très sympathiques, se mettent en quatre pour nous trouver une solution, car outre le camping-car, deux tentes doivent être dressées. Mais il faut se rendre à l’évidence, dans les environs aucun camping n’est encore ouvert en cette saison.
Nous nous rabattons sur l’aire de services de Fanjeaux. Elle est située près de la maison de retraite.
Une borne rustique équipée d’un robinet à vis, d’une bonde pour les vidanges et quatre prises de courant. Ici pas question de vider les eaux usées à partir du véhicule, l’accès est impossible, seul salut : le seau !
C’est mal équipé, mais les services sont gratuits. Cette aire est herbeuse sur son pourtour et permet donc de monter les tentes derrière le camping-car.
Ce soir quatre camping-cars sont installés là. Sur les quatre socles de courant un est hors service, un véhicule ne peut donc se connecter. Mon voisin direct a un besoin impératif d’électricité, car il doit être sous assistance respiratoire, et c’est bien volontiers que je lui propose de se brancher sur mon touret électrique.

Tard dans la soirée arrive un dernier camping-car. En l’absence de prise libre, il n’hésite pas à débrancher notre rallonge sans vergogne pour y connecter la sienne. La réaction de mon voisin ne s’est pas fait attendre, son appareil ayant cessé de fonctionner faute d’énergie.
Son épouse a dû se lever et refaire le branchement. Mais c’est sans compter avec le sans-gêne de ce malotru qui, un moment plus tard, constatant qu’il n’avait plus de courant, débranche un autre camping-car pour s’accaparer la prise. Voilà des comportements inadmissibles.
Le lendemain matin, un comité d’accueil attend pour demander des explications.
Mais le bougre doit être un lève-tard et ne se montre pas ; nous devons rejoindre Bram.

Suite