La Corse 9

Retour page accueil

Autre(s) page(s) en rapport avec ce sujet Corse (1) – (2) –(3) – (4) – (5) – (6) – (7) – (8) – (10) – (11)

Mercredi 22 septembre

Porto – Saint-Florent 140 km

Nous quittons Porto par la D 81, route magnifique en surplomb qui suit les méandres de la côte. Seule ombre au tableau, c’est de trouver un endroit pour stationner lorsqu’on veut prendre des photos ou admirer le paysage. Une fois au col de la Croix nous faisons une petite halte. De ce site, on peut contempler le magnifique panorama qui s’étend du golfe de Porto à celui de Girolata.

Avant le village de Galeria, nous obliquons sur la D 81b, route qui suit la côte jusqu’à Calvi.

Nous atteignons la capitale de la « Balagne » en longeant le golfe de la Revellatta. Par commodité, nous laissons nos véhicules sur le parking (payant) de la place Christophe-Colomb situé au pied de la Citadelle.
Cette dernière est construite sur un éperon rocheux qui sépare le golfe de Calvi et celui de la Revellatta, elle représente la ville haute.
La ville basse comprend la marine où se concentrent la vie estivale, le port de plaisance et la Tour du sel.

Pour visiter Calvi, il faut compter quatre bonnes heures.
À ne pas manquer le circuit historique de la citadelle, mais aussi la ville basse et sa tour du sel.
Sans oublier la grande plage, d’où l’on a une vue magnifique sur la citadelle et la grande pinède composée de pins et d’eucalyptus qui s’étire sur quatre kilomètres le long des plages.

Si votre emploi du temps vous le permet, ne manquez pas de prendre le petit train qui vous mènera de Calvi à l’île Rousse en longeant les plages. Ce petit tortillard, des années cinquante, vous permettra de découvrir les paysages côtiers de la Balagne.

L’après-midi nous reprenons la route en direction de l’Île-Rousse. Mais avant d’atteindre cette ville nous faisons un détour par le village médiéval de Pigna en empruntant la D 153, route particulièrement étroite et sinueuse.
Les habitants de ce village en majorité des artistes (peintres, graveurs, sculpteurs, potiers, musiciens) se sont donné comme ambition de sauver le patrimoine corse et de remettre en valeur les métiers d’antan.

À ne pas manquer, à quelques kilomètres de Pigna, Sant’Antonino, petit village perché sur un piton rocheux, situé à 500 mètres d’altitude et l’un des plus anciens villages de Corse, mais aussi l’un des plus beaux villages de France avec ses ruelles étroites, ses passages couverts et ses maisons de granit.

L’Île-rousse, ville moderne, mais où nous avons eu la désagréable surprise de devoir écourter notre visite, la cause : l’impossibilité de trouver un emplacement pour stationner.

Bon, ce n’est pas grave, nous nous contenterons de contempler plus loin, depuis la route (D 81), le désert des Agriates.

Ce soir nous sommes à Saint-Florent, niché au fond du golf du même nom.
Après l’installation à l’hôtel, nous partons faire un tour en ville, où nous trouvons un restaurant près du port.
Seconde déconvenue de la journée ! À la fin du repas, on nous fait comprendre qu’il est temps d’aller digérer ailleurs !

On prend bonne note, demain nous serons encore ici, mais surement pas assis à la terrasse de cet établissement !

Suite