guide;s
actualités
actualités
météo
liens
 
Nous sommes le :

Photos
Eliane Oltra
J-François Collins

Madrid (1)
picto_avion
Autre(s) page(s) en rapport avec ce sujet :
Madrid
(2) - (3) - (4)
Carnets

 

 

 

 

 

 


 

Trajet du vol Marseille-Madrid

 

 

 


 

 

 

 

 

A bord du CRJ 200

 

 

 

 


Vendredi 27 avril 2012

Montpellier - Madrid
 

 

Madrid, capitale de l'Espagne est la ville la plus vaste et la plus peuplée du pays avec
3 420 000 habitants
.
Elle se situe pratiquement au centre de la péninsule ibérique, édifiée sur le plateau de la Meseta, à 650 mètres d'altitude, ce qui fait d'elle l'une des capitales la plus haute d'Europe.
Elle jouit d'un climat méditerranéen continental, avec des étés torrides au cours dusquels la température oscille fréquemment entre 30 et 40 °C, mais aussi des hivers rigoureux où le thermomètre peut descendre sous les - 10 °C.

Madrid, ville moderne, possède l'un des centres historiques parmi les plus intéressants du monde occidental ; de par sa longue et riche histoire elle recèle de nombreux lieux emblématiques à explorer et à approfondir. Gaie et accueillante, elle est aussi facile à vivre. Bref, tous ses charmes justifient largement le voyage.

 

Avec un couple d’amis, ma compagne et moi avions envisagé d’aller passer quelques jours en visite à Madrid. Le projet s’est concrétisé le 17 avril 2012.
Ce jour-là, tôt le matin, nous quittons Montpellier, où nous résidons, en direction de l’aéroport de Marseille.
Autoroute, recherche du E-chèque parking préalablement réservé, navette parking-aérogare, enregistrement…
En fin de matinée embarquement sur un CRJ200 de 50 places (constructeur canadien Bombardier Aérautique) de la compagnie Air Nostrum, dont les vols sont opérés sous la marque Iberia Regional.
Après les consignes habituelles de sécurités énoncées par l’hôtesse (seulement en espagnol et en  anglais alors que l’on est dans un aéroport français !), soudain les réacteurs vrombissent, une forte accélération nous plaque au fond de nos sièges, et nous décollons.

Une heure quarante plus tard nous débarquons à Madrid-Barajas, le plus important d'Espagne et le quatrième en Europe.
Un autobus « Aeropuerto Express » nous conduit rapidement à notre destination, place Cibeles.

Notre hôtel, le Lusso Infantas, préalablement réservé sur Internet, est à 5 minutes de l'arrêt de bus.

Cet établissement 4 étoiles (en France ce serait plutôt un 3 étoiles) est à quelques mètres de la Gran Via, tout près du centre historique, culturel et commercial, ce qui permet de découvrir Madrid pratiquement sans emprunter les transports en commun.
A proximité s’ouvrent sur la rue de nombreux restaurants et bars du quartier populaire de Chueca.
Notre première impression est positive, l'emplacement est calme, l'accueil correct, les chambres propres, les salles de bains de bonnes dimensions et bien équipées. Le lendemain matin, le ressenti de la vielle sera confirmé, le petit-déjeuner est bon et copieux. Rien à redire pour cet hôtel, sinon à conseiller.

Nous partons enfin pour une première visite de Madrid.
En descendant la Gran Via, avenue très animée, artère principale du centre de la capitale, bordée d'édifices monumentaux de la première moitié du XXe siècle, puis la calle de Alcalá, qui est aussi une des principales artères, à la fois pour son trafic et son activité commerciale. On atteint la place Cibeles, à l'intersection de la Calle de Alcalá, du Paseo de Recoletos et du Paseo del Prado.
Place immense, circulaire, une des plus belles de la ville au centre de laquelle trône l'imposante fontaine à l’effigie de la déesse Cybèle campée sur un char tiré par des lions, symbole de la terre, de l'agriculture et de la fécondité.
C'est sur cette place que les supporters du Real Madrid célèbrent les trophées remportés.

Nous finissons la soirée en parcourant le Paseo del Prado, l’un des principaux boulevards, se situant entre la Plaza de Cibeles et de la Plaza del Emperador Carlos V (également connu sous le nom de Plaza de Atocha). Outre la fontaine de Cybèle qui marque le début de ce cours, deux autres, la fontaine d'Apollon et la fontaine de Neptune décorent également le lieu ; sur la place Lealtad est planté un obélisque consacré à toutes les victimes de la guerre civile.

Mais soudain la pluie fait son apparition, nous obligeant à écourter la balade.


Suite

   



 
Carnets de balades 2011-2016